• Lettre d'infos

 

Les Atrides

L’Ecole de théâtre Arts en Scène a sollicité Olivier Borle pour diriger un module de création avec les 2ème années de la formation professionnelle.

Metteur en scène de la compagnie le Théâtre Oblique, Olivier Borle s’est lancé le défi de monter avec ce groupe de 21 élèves Les Atrides, cette fresque retraçant la généalogie des Atrides, famille maudite depuis l’acte barbare de Tantale, qui fit manger aux Dieux de l'Olympe ses propres enfants. Pour le punir, les Dieux lui infligent le supplice qui désormais porte son nom, voir indéfiniment passer devant lui des plats et des boissons sans qu’il puisse jamais assouvir sa faim et sa soif. De plus, ils lancent une malédiction sur toute sa descendance. Atrée, Thyeste, Agamemnon, Ménélas, Iphigénie, Électre, Oreste, tous devront la subir. La malédiction prend fin avec le jugement d’Oreste pour le meurtre de sa mère, Clytemnestre, et son acquittement par l’Aréopage, premier tribunal humain, créé par Athéna.

visuel résolue

Pour raconter toute l’histoire, de Tantale à Oreste, Les Atrides emprunte à Thyeste et Agamemnon de Sénèque, Iphigénie à Aulis d’Euripide et aux deux dernières pièces de l’Orestie d’Eschylle, Les Choéphores et Les Euménides.

Distribution : Sabrina Bénavent, Thomas Bettencourt, Josuha Caron, Élodie Chouicha, Gabriel Draper, Léa Ferrari, Alistair Houdayer, Guillaume Lenoble, Lucas Noël, Noémie Petchy, Éloïse Plasse, Antoine Régérat, Siegrid Reynaud, Alma Rosenbeck, Émeline Roy, Lucie Ruda, Fanny Simon, Étienne Tripoz, Éline Vey, Stephane Vrain, Axel Zorzi.

Avec la collaboration d’Emilie Broyer.

Informations pratiques

Dates : le 16/12 puis du 18/12 au 22/12 à 19h30
Lieu : Théâtre des Asphodèles 17 rue Saint-Eusèbe 69003 Lyon

Réservations conseillées en ligne Réservations

Note d’intention

« Le choix de cette matière n'est pas anodin. Il permet d'abord de faire travailler ces jeunes artistes sur des textes forts, fondateurs, où la langue est bien souvent l'objet même de la représentation. L'histoire des Atrides fut également une source d'inspiration pour de très nombreux auteurs qui, de Racine à Dimitriadis, en passant par Shakespeare, ont souvent revisité ce mythe. Il m’a semblé pertinent d’apporter ces fondamentaux à la jeune culture théâtrale du groupe d’élèves. »

Olivier Borle

D’abord formé à l’École du Théâtre National de Chaillot dans les classes de Madeleine Marion, Pierre Vial et Jean-Claude Durand, Olivier Borle a fait partie de la 62e promotion de l’ENSATT, où il a étudié sous la direction de Christophe Perton, Christian Schiaretti, Enzo Cormann, Philippe Delaigue. Il fait partie de la troupe du TNP et a joué dans L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Père de August Strindberg, Le Petit Ordinaire de Jean-Pierre Siméon, L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, Coriolan de William Shakespeare, Par-dessus bord de Michel Vinaver, 7 Farces et Comédies de Molière, Philoctète de Jean-Pierre Siméon, Siècle d’or : Don Quichotte de Cervantès, La Célestine de Fernando de Rojas et Don Juan de Tirso de Molina ; Joseph d’Arimathie, Merlin l’enchanteur, Gauvain et le Chevalier Vert, Lancelot du Lac (créées en collaboration avec Julie Brochen) du Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud ; Ruy Blas de Victor Hugo, Mai, juin, juillet de Denis Guénoun, Le Grand Théâtre du monde suivi de Procès en séparation de l’Âme et du Corps de Pedro Calderón de la Barca, Une Saison au Congo de Aimé Césaire, Le Roi Lear de William Shakespeare, mises en scène Christian Schiaretti. Au printemps 2007, il a mis en scène Premières Armes de David Mambouch au TNP. Il a joué dans Noires Pensées, Mains Fermes de David Mambouch, mis en scène par l’auteur, Figures de Musset : La Coupe et les lèvres, Les Marrons du feu et On ne badine pas avec l’amour, feuilleton de Christophe Maltot. Il a mis en espace Mon Père ma guerre de Ricardo Monserrat et STE de Sabryna Pierre, avec les comédiens de la troupe du TNP et de La Nouvelle Fabrique, dans le cadre du Cercle des lecteurs. En 2012, il met en scène au TNP, dans le cadre des « Premiers pas », Walk Out de David Mambouch. En 2014, il crée et dit seul sur scène, Cahier d’un retour au pays natal de Aimé Césaire.

Les modules de création de l’École professionnelle d’Arts en Scène

En 2008, Arts en Scène a ouvert une formation professionnelle de comédien sur deux ans qui s’adresse à ceux qui veulent se préparer ou se perfectionner dans une pratique professionnelle du théâtre et / ou intégrer une école supérieure. En deuxième année, dans le cadre des « modules de création », l’école invite deux metteur(e)s en scène reconnu(e)s afin de mener des projets de création avec les élèves dans une mise en situation professionnelle.

Il s’agit de pouvoir mettre en application dans un contexte professionnel ce que l’apprenti comédien a appris, d’inciter les élèves à développer une réflexion sur le théâtre, les questions d’éthique et de positionnement de l’artiste, mais aussi d’expérimenter le travail de plateau et de création.

Depuis 2010, ont été créés : Comme il vous plaira de William Shakespeare (mise en scène de Catherine Hargreaves), Ce sont des temps glacés qui approchent, d’après un montage de textes de Von Horvath (mise en scène de Christian Taponard), Tokyo Notes d’Oriza Hirata (mise en scène d’Olivier Maurin), Hôtel de l’Europe (écriture et mise en scène Jean- Marc Bailleux, dans le cadre du festival européen Printemps d’Europe), De la pittoresque épopée pathétique et pitoyable de Yakich et Poupatchée, Kroum et autres mochetés, d’après Hanoch Levin (mise en scène de Claire Truche), Lysistrata(s) d’après Aristophane (mise en scène de Baptiste Guiton), Quand il m’est refusé le bienfait du repos, d’après l’oeuvre de William Shakespeare (mise en scène d’Olivier Maurin), Nefs et Naufrages, d’Eugène Durif (mise en scène de Pierre Desmaret), Can’t Help Falling in love, d’après un montage de textes de Fabrice Melquiot (mise en scène de Franck Berthier), Brûler des voitures, de Matt Hartley (mise en scène de Valérie Marinese), Et tous ensemble nous avancerons seuls (une création au plateau de Nicolas Ramond en collaboration avec Fabienne Swiatly), Comédies Tragiques (écriture et mise en scène de Catherine Anne), Les artisans du songe (création de Sabrina Perret, de La Fédération – Cie Philippe Delaigue), d’après des œuvres de Cormann, Dubuffet, De Filippo, Gabriel, Kantor, Koltès, Levey et Novarina etRésolue mise en scène Clara Simpson sur un texte de Pauline Noblecourt (TNP)

Plus d'informations sur les précédentes productions

Arts en Scène - 11 rue Mazagran - F 69007 LYON
+33 (0)4 78 39 18 06
Plan d'acces - Nous écrire
Crédits photos Geoffroy Bourdais - graphisme Sarah Houdus - Tom Prothiere